-A +A

 

Urgence - SAMU

Le centre 15

Centre 15 : siège Verdun - Hôpital st Nicolas

  • Centre 15 : siège Verdun - Hôpital st Nicolas
  • Création : 1988
  • Directeur médical : Dr D. Baugnon
  • Missions : régulation appels médicaux, permanence de soins (généralisation en cours), cellule écoute « besoin d’en parler ».
  • Locaux : 1 salle de régulation, 3 postes informatiques (appli samu).
  • Personnel : 2 permanenciers de jour, 2 de nuit (12 postes de permanenciers), 1 médecin régulateur H24 (4 praticiens hospitaliers temps pleins + mutualisation avec le SMUR et SAU).
  • Moyens de réponse : 2 SMUR (Verdun et Bar-le-Duc), maillage du reste du département par des médecins MCS, médecins de garde de secteur, garde préfectorale ambulances privées, sapeurs pompiers et enfin l’hélicoptère régional.
  • Activité : 100 appels jour - 36482 appels annuels et 60 affaires jour - 21663 affaires annuelles

 

Composez le 15

La Médecine d’Urgence française : un concept unanimement reconnu.

Au cours de ces dernières années, la Médecine d’Urgence a bénéficié d’une progression et d’une évolution remarquable, comme très peu de spécialités médicales ont pu en vivre.

La dichotomie initiale entre les composantes préhospitalière (le Service d’Aide Médicale Urgente et les Services Mobiles d’Urgence et de Réanimation) et intra hospitalière (le Service des Urgences) a fait place à une spécialité médicale reconnue.

Dès 1953, quelques pionniers ont développé le concept de la médecine « du pied de l’arbre au lit de réanimation », concept qui a abouti à la création des Smur puis des Samu dont le premier a ouvert ses portes et ses lignes téléphoniques à Toulouse en 1968.

Les Samu ont rapidement donnés naissance à une nouvelle forme d’exercice de l’art médical, à distance, au téléphone : la régulation médicale, chargée non seulement de mettre en œuvre les moyens appropriés à la prise en charge d’une détresse, mais également de préparer l’admission hospitalière du patient. Parallèlement, les équipes de Smur ont développé un savoir faire et des connaissances spécifiques à cette médecine « de l’avant » en adaptant, sur le terrain, les principes de la réanimation avec les succès que l’on peut aujourd’hui constater dans la prise en charge, entre autres, de l’infarctus ou du traumatisé grave.

Les Services d’Urgence ont connus une révolution plus tardive. 
Il faut attendre la fin des années 80 et les différents rapports du Professeur Steg pour que l’institution hospitalière se penche enfin sur la mission d’accueil et de prise en charge en urgence des patients. 
Cette mission, jusqu’alors dévolues aux seuls internes en médecine, médecins en formation, était assurée tant bien que mal par les différents services de soins des établissements. 
Ce « réveil » a, en quelques années seulement, permit de rattraper notre retard sur nos voisins européens et anglo-saxons, en aboutissant à la création de services autonomes, fonctionnant avec des docteurs en médecines spécialistes en médecine d’urgence et des professionnels de santés toujours plus compétents.

En 2008, la Médecine d’Urgence couvre l’ensemble de la prise en charge d’un patient en situation d’urgence, depuis l’appel jusqu’à la résolution de cet épisode aigu. Cette médecine est basée sur trois étapes : 

  • Qualifier la demande du patient : il faut « décoder » cette demande et identifier, derrière le ou les symptômes présentés, la réelle demande de soins.
  • Agir pour préserver la vie, en réalisant les gestes diagnostiques et/ou thérapeutiques urgents, adaptés à la situation.
  • Orienter le patient au bon moment, dans la bonne filière de soins : rien ne sert de courir si l’on ne sait pas ou l’on va !

 

 

L’activité des urgences en constante augmentation : le témoignage de la confiance de nos concitoyens.

Il est difficile de na pas tenir compte de la formidable augmentation d’activité des services d’urgence :

  • en 2007, les Samu ont traité plus de 15 millions d’affaires et les Smur sont intervenus plus de 530 000 fois sur le terrain.
  • Le Services d’Urgences ont accueillis plus de 16 millions de patients (1 français sur 4) : 20% ont été hospitalisés dont 600 000 dans les Unités d’Hospitalisation de Courte Durée.

Cette augmentation d’activité témoigne de la confiance de nos concitoyens dans les structures d’urgence(91% des français font confiance au Samu et aux Services d’Urgence – enquête TNS-Sofres : 2008et les professionnels que nous sommes doivent tout faire pour être dignes de cette confiance.

Ce n’est pourtant pas tant l’évolution quantitative de l’activité de nos services qui est la plus remarquable aujourd’hui (cette augmentation a d’ailleurs tendance à se calmer depuis quelques années), mais plus l’évolution qualitative, celle des pathologies prises en charge : les progrès de la médecine ne cessent de faire reculer la limite de la vie et les urgentistes ont désormais à faire face, en plus de leur activité « habituelle », à des pathologies nouvelles :

  • complications de pathologies chroniques cardio-vasculaires,
  • complications de pathologies chroniques neurologiques,
  • complications de pathologies cancéreuses,
  • soins palliatifs, situations de fin de vie...

Cette évolution médicale et le large champ des prises en charge « en urgence » imposent une actualisation constante des connaissance et l’acquisition de compétences nouvelles qui font des acteurs de l’urgence des professionnels de haut niveau.

 

Pour répondre à l’évolution des urgences : une organisation structurée.

Hier simple interface entre « la ville » et « l’hôpital », les services d’urgence sont désormais des structures de soins indispensables à la prise en charge de la santé de la population. Ce sont aussi des fenêtres ouvertes sur notre société, ses faiblesses et son évolution. Souvent vécus à juste titre comme le « dernier rempart » devant l’inégalité des soins, les services d’urgence ont dû se structurer pour répondre aux attentes de la population.

 

Le Samu Centre 15

les missions du Samu sont multiples mais il se doit, avant tout, d’apporter une réponse adaptée à une demande de soins en situation d’urgence.

Un Permanencier Assistant de Régulation Médicale (Parm), professionnel formé à la prise d’appel et à son analyse, prend initialement en charge l’appelant avant de transmettre la communication au Médecin Régulateur. Ce dernier, par un interrogatoire médical, identifie la demande, engage les moyens appropriés (médecin généraliste, ambulance, équipe de Smur, simple conseil …) et organise, si besoin, le transport du patient et son admission en établissement de soins.

 

Le Smur

C’est l ‘hôpital qui se déplace au chevet du patient : véritable équipe de réanimation, le Smur, formé au minimum d’un médecin urgentiste, d’une infirmière rompue à l’urgence et d’un ambulancier, permet une prise en charge optimale de la détresse médico-chirurgicale, en amont de l’hôpital. Les succès de ce mode de prise en charge en font un exemple suivi par de nombreux pays à travers les cinq continents.

 

Le Service d’Accueil et d’Urgence

Le service des Urgence n’est plus une simple porte d’entrée de l’hôpital.

Service de soins, il est organisé, au minimum, en différentes zones correspondant à une chaine de prise en charge opérationnelle et efficiente :

  • la zone d’accueil est centrée autour de la ou des salles d’attentes et de l’admission administrative du patient
  • la zone de tri est le domaine de l’Infirmière Organisatrice de l’Accueil, professionnelle très expérimentée, chargée de prioriser les prises en charge,
  • la zone de soins permet l’élaboration d’un diagnostic, la réalisation des soins adaptés à la situation et l’orientation du patient,
  • la zone d’Unité d’Hospitalisation de Courte Durée donne la possibilité d’une hospitalisation de moins de 48 heures, soit pour surveiller un patient avant son retour à domicile, soit pour stabiliser son état de santé avant une hospitalisation dans un secteur de soins plus conventionnel.

Malgré cette apparente sectorisation de l’activité, la polyvalence des personnels devient la règle, permettant de développer un panel de compétences au service des patients.

 

Nos liens et réseaux

http://www.samu-de-france.fr

http://www.sfmu.org

http://www.colmu.net

L'ACTUS DU CHVSM

11/16/2017 - 16:52

Le CHVSM participe à la campagne nationale "Semaine de la Sécurité des Patients" du 20 au 24 novembre 2017. Rendez-vous le jeudi 23 novembre dans le hall du bâtiment St Nicolas pour participer aux ateliers pratiques animés par les professionnels de santé.

11/13/2017 - 13:00

Les équipes du Centre Hospitalier de Verdun Saint-Mihiel se mobilisent pour accompagner les personnes qui souhaitent arrêter de fumer.

11/02/2017 - 11:56

Diffusion le mercredi 8 novembre 2017 d’un reportage sur le sergent Fournier, 1er combattant français de la Première Guerre mondiale identifié grâce à l’analyse génétique par le Dr Frémont, médecin légiste au CHVSM.

09/18/2017 - 12:15

Le CHVSM  investit une nouvelle fois pour garantir une offre de soin de qualité sur le territoire en se dotant d’un nouvel équipement d’IRM. 

09/04/2017 - 17:15

M. Goeminne, directeur du CHVSM et M.Hazard, maire de Verdun, sont allés à la rencontre des équipes de l’hôpital ...

09/04/2017 - 16:59

Pique-nique pour les résidents de la maison de retraite Sainte Anne du CHVSM

07/31/2017 - 15:49

Inauguration du nouveau bâtiment de soins de suite et de réadapation du CHVSM sur le site de Désandroins

07/31/2017 - 13:06

La maison de retraite Sainte Anne de Saint-Mihiel a fêté le retour des beaux jours avec ses pensionnaires.

06/07/2016 - 14:25

Les ateliers du mouvement sont des ateliers d'éducation somatique (médiations psychocorporelles).